Catégories
Préambules

Une philosophe aux pays des astrochimistes (1/3)

Introduction

Depuis quelques décennies, l’univers du spatial nous inspire tout particulièrement. De la fiction comme le film iconique 2001 Odyssée de l’espace, aux les jeux vidéos avec plus récemment le jeu The House of the dying sun, en passant par la musique telle que celle de David Bowie, ce qui se passe — ou pourrait se passer — hors de notre chère Terre nous intrigue. Les scientifiques ne sont, bien heureusement, pas en reste. Les progrès techniques et technologiques nous permettent d’aller de plus en plus loin, hors de notre atmosphère, et de rapporter de plus en plus de matériaux à étudier. 

Pourtant, cela pose de nombreux problèmes de méthodologies. En effet, les sciences de laboratoire au service de l’astronomie ont d’abord été développées afin d’étudier ce qu’il se passe sur notre planète. Ainsi, les biologistes se sont rapprochés de l’astronomie avec l’intention d’étudier la question de la possibilité du vivant telle que nous le connaissons ici en dirigeant notre regard vers là-bas. Cela amène de soi une autre question. Nous savons que le vivant sur Terre est un assemblage de molécules chimiques qui, assemblées de la bonne manière — pour le dire simplement — permettent l’émergence de cette chose que nous appelons la Vie. Or, nous savons que les conditions d’expériences sont très différentes en dehors de la Terre. Nous pourrions toujours pointer quelques exceptions comme les extrêmophiles, ces êtres vivants qui vivent dans des conditions qui ne sont pas la norme terrestre, mais celles-ci restent minimes. 

C’est donc avec des échantillons ramenés de ces contrées extra-terrestres lointaines que les scientifiques travaillent, développent des techniques pour reconstituer des conditions d’expériences au plus proche de ces nouveaux environnements, et émettent des hypothèses de travail. Une question est devenue particulièrement centrale les dernières années au sein de la communauté scientifique : y a-t-il, ou y a-t-il eu, de la vie sur d’autres planètes que la Terre ? 

La vie est avant tout l’affaire de la biologie, cela ne fait aucun doute. Alors, que viendrait faire une philosophe sur ce terrain? C’est une esquisse de réponse que je vous propose dans cet article. La philosophie, discipline pouvant être appréhendée comme avant tout idéelle, hors sol, et ayant comme seuls outils les concepts, peut sembler globalement déconnectée de ces problématiques bien réelles que nous retrouvons auprès des scientifiques. Dans un premier temps, je vais vous proposer un tour d’horizon rapide de ce que la philosophie peut apporter aux biologistes — et, en l’occurrence, aux astrobiologistes et astrochimistes — dans leurs recherches. Ensuite, je ferai un rapide tour de terrain de l’état actuel de la recherche à propos de la vie extra-terrestre sur Mars. Enfin, rédigeant cet article avant de commencer mon stage de recherche d’astrochimie au LISA (Laboratoire Interdisciplinaire des Systèmes Atmosphériques), je commencerai à émettre quelques hypothèses quant à mon rôle de philosophe par rapport aux recherches astrochimiques sur Mars. En effet, je trouve particulièrement intéressant — en tant qu’enjeu personnel — de réfléchir à ce que j’attends de ma recherche sur le terrain, alors que mon bagage académique principal me vient de la philosophie. 

I. Ce que la philosophie peut apporter aux sciences du vivant.

Je débuterai cet axe de réflexion par une anecdote qui m’est arrivée il y a quelques années, lorsque j’étais en stage dans un autre laboratoire de biologie. Mon objet de recherche philosophique était alors de me questionner sur le continuum entre le domaine du vivant et de l’organique. Rappelons-le, le vivant est constitué d’un ensemble de molécules chimiques. Même si les molécules chimiques nécessaires sont toutes présentes, si elles ne sont pas assemblées selon la bonne configuration, aucun être vivant n’émergera. Lors de cette recherche, je m’intéressais plus particulièrement au cas du virus. En effet, ceux-ci ont un grand nombre de propriétés qui tendrait à les classer dans le domaine des êtres vivants. Néanmoins, ayant besoin d’un organisme hôte pour pouvoir développer lesdites propriétés et vivre leur « vie dérobée », les virus sont à la lisière entre la matière organique qui est vivante et celle qui ne l’est pas. En discutant de cela avec une scientifique de mon unité de recherche d’alors, celle-ci m’a répondu « pour moi, c’est simple : à partir du moment où, moi, biologiste, j’étudie un objet, c’est que celui-ci est dans le domaine de la vie ». 

Mais alors, pouvons-nous être dans le domaine de la vie tout en n’étant pas vivant, comme toute matière organique inorganisée qui n’est pas un être vivant? Pour moi, la réponse n’était pas si simple. En effet, nous avons tous et toutes déjà vu une table en bois qui a fait partie du domaine du vivant lorsqu’elle était arbre. Nous ne pouvons plus la juger vivante selon le bon sens : elle ne se meut pas, ne se reproduit pas et n’a plus aucune fonction métabolique, pour ne citer que quelques exemples. Néanmoins, selon moi, elle fait toujours partie du domaine de la matière organique, dans la mesure où, fut un temps, ce bois a appartenu à un arbre qui était un être vivant organisé. A partir de ce moment, comment pouvons nous déterminer ce qui est vivant? Bien que l’exemple détaillé ici soit risible, la ligne de partage entre organique qui n’est pas ou plus vivant et organique qui est vivant est beaucoup plus délicate lorsque l’on se penche sur d’autres sujets. Nous l’avons dit, la configuration des molécules chimiques joue un rôle. Ce qui est primordial pour le vivant est avant tout une bonne organisation. Et ce, à différents niveaux (ce que nous développerons probablement dans d’autres articles de ce Carnet Hypothèses). 

Maintenant que nous savons ceci, une nouvelle question se pose à nous. En effet, nous avons développé combien les matériaux chimiques du vivant et leur bonne organisation est si nécessaire à l’émergence du vivant. Pourtant, est-ce que la configuration du vivant que nous connaissons sur Terre est la seule possible? Des chercheurs et chercheuses en biologie ont déjà pris ce pas de recul sur leur recherche en laboratoire. Pour n’en citer qu’un, nous pouvons citer le Professeur Patrick Forterre, dans son article de 2010 : « Defining life : the virus viewpoint ». Dans ce papier, il commence par s’appuyer sur la définition de Schrödinger, de 1944, pour ensuite revenir aux principales bases de la philosophie que sont Platon et Socrate. Nous reviendrons probablement dans un prochain billet de blog sur la question du vivant selon la définition de Schrödinger. Ce qui est nécessaire de retenir ici est que définir le vivant est une entreprise beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît : le vivant n’est pas nécessairement ce qu’il y a sur la paillasse des biologistes ! A partir de là, une nouvelle difficulté émerge pour les astrobiologistes : comment pourrions nous reconnaître la vie ailleurs que sur Terre, si cette dernière est déjà si difficile à définir pour les scientifiques (biologistes comme philosophes), et que, changeant drastiquement d’environnement, la vie autre part que sur Terre est également capable de prendre une apparence toute autre que celle que nous lui connaissons?

De mon point de vue de (très) jeune chercheuse, j’ai davantage tendance à avoir une appréhension écosystémique du vivant. C’est à dire que, d’une façon très ingoldienne (Tim Ingold, Marcher avec les dragons), je considère que le vivant est une synergie particulière. Elle repose sur plusieurs éléments correctement organisés, qui, tous ensemble, accomplissant chacun leur(s) fonction(s), permettent de faire émerger de la Vie. C’est donc dans cette perspective que je commence mon parcours d’astrobiologiste. Les scientifiques de cette discipline sont toujours à la recherche d’éléments organiques qu’ils connaissent pour étudier de quelle manière ces éléments peuvent s’inscrire dans un schéma écosystémique que nous connaissons, bien que variable du fait des environnements spécifiques aux planètes. Mais je pense également que d’autres systèmes permettent l’émergence de la vie ; bien que cela nous renvoie à notre point de départ, qui est d’en trouver une définition viable (sans mauvais jeu de mots). Peut-être suis-je encore une idéaliste et que je me trompe totalement, mes prochains mois sur le terrain m’apporteront probablement quelques éléments de réponse. 

Je vais conclure la première partie de ce tout premier article sur mon Carnet Hypothèses en reprenant quelques éléments de l’ouvrage La Vie expliquée?, de Michel Morange, chapitre XII « Les projets des astrobiologistes ». Il est tout d’abord primordial d’indiquer que ce livre est sorti en 2003. Les recherches s’accélérant sans cesse à mesure que les projets spatiaux et propres aux laboratoires fleurissent, nous ne pouvons pas réellement dire que tous les propos de ce chapitre soient les plus neufs — bien que cela ne retire rien de leur pertinence. Michel Morange commence par reprendre le problème que nous avons souligné en amont, à savoir que les astrobiologistes se posent rarement la question de savoir ce qu’est la Vie (bien que, à titre personnel, cela me semble avoir changé). Ne serait-ce pas là une question plutôt propre aux philosophes? Difficile de renvoyer la balle dans un camp ou dans l’autre lorsqu’aucune des deux disciplines seule ne peut apporter une réponse satisfaisante. Néanmoins, Michel Morange — qui est à la fois philosophe de la biologie et microbiologiste — attribue beaucoup d’espoir du côté des chimistes. En effet, en prenant les traits principaux que l’on observe dans ce que l’on considère comme « indubitablement vivant » (donc en excluant les cas limites comme les virus), on retrouve toujours les mêmes contraintes chimiques, à savoir une grande quantité d’eau, une base chimique à partir de carbone et un métabolisme. Or, il semblerait que les chimistes soient capables d’imaginer d’autres structures que celles connues sur Terre, qui répondraient à toutes ces attentes, et qui donc pourraient être des pistes pour découvrir une éventuelle nouvelle forme de vie. Mais des problèmes évidents se posent lorsqu’il s’agit de mettre cela à exécution dans les recherches astrobiologiques. Si nous tenons à garder dans notre définition de la vie qu’elle doit être capable de ce reproduire — ce qui avait mis à mal les virus — alors il est difficile d’imaginer une sonde spatiale capable de capturer ces traces de reproduction. Ce problème que soulève Michel Morange semble montrer que les techniques, au moment où il écrit son livre, ne sont pas assez perfectionnées pour répondre à cette question. J’espère, durant ma recherche au LISA, savoir si ce problème technique a été résolu, si des astrochimistes ont réussi à reproduire en laboratoire un semblant de reproduction à partir d’une autre organisation que celle que nous trouvons sur Terre, ou si cette question est toujours en suspend. 

Conclusions (provisoires) de cette première partie.

Comme je l’ai déjà dit, je suis persuadée que les philosophes ont leur place sur le terrain des sciences. Plus particulièrement, pour mon sujet, je pense qu’il est nécessaire que nous ayons les connaissances scientifiques requises pour proposer une définition du vivant aux biologistes et toutes autres disciplines corrélées qui leur soit utile dans leurs propres recherches. Les philosophes ne produisent ainsi plus du contenu idéel, mais un contenu qui se doit d’être pratique, afin d’être utilisée lors d’expériences très concrètes. Cela me semble être un enjeu épistémique majeur en faveur de l’interdisciplinarité entre la philosophie et la biologie. Ensuite, ce contenu épistémique ne doit pas rester tel qu’il est, mais doit se montrer malléable (tout en restant efficace et pertinent, évidemment !), pour la recherche en astrobiologie. Comme je l’ai montré, l’approche que j’adopte lorsqu’il s’agit de définir ce qu’est la Vie est écosystémique. Si une telle définition du vivant est valable pour les entités terrestres, elle doit être un modèle qui pourra se modeler sur les recherches astrobiologiques, qui sortent des cadres habituels des biologistes. Enfin, il est nécessaire de faire un état des lieux — grâce à la technique — de ce qu’il a pu se passer sur d’autres planètes dans le passé. Pour avoir de la Vie, nous avons montré que l’environnement jouait un rôle primordial, nous ne pouvons donc pas imaginer du vivant ayant existé si les conditions environnementales étaient trop variables. De même, nous nous retrouvons toujours face à un problème si les technologies spatiales ne nous permettent pas aujourd’hui encore de trouver autre chose que de supposées traces de vie, à partir de traces chimiques, sans en connaître des facteurs essentiels qui ne s’observent que sur le long terme (comme les conditions de possibilité de reproductibilité). C’est pourquoi cet article continuera avec un bref état des lieux des recherches qui ont été, jusqu’alors, menées sur Mars. 

Catégories
Uncategorized

Philosopher le monde

En Septembre 2020, je vais commencer le M2 Approches interdisciplinaires du Vivant au sein du Centre de Recherches Interdisciplinaires. Etant philosophe de formation, je souhaite approfondir mes connaissances en biologie, et plus particulièrement en astrobiologie, avant de me lancer dans une thèse de philosophie des sciences. Ce master me permettra donc de suivre des cours, mais également d’avoir plusieurs stages à temps pleins en laboratoires. Les sujets principaux de ce carnet seront donc l’épistémologie de la biologie, les questions que les philosophes peuvent adresser aux biologistes, et ce que la biologie exercée sur le terrain peut apporter aux philosophes des sciences. Aussi, étant une fervente lectrice des théories philosophiques féministes, je souhaite également développer quelques réflexions sur le féminisme, en lien avec la biologie, à travers le prisme de l’écoféminisme.
Le public visé est assez jeune, à partir de la licence. Néanmoins, je pense qu’il peut intéresser des philosophes et des biologistes plus avancés qui souhaiteraient se pencher sur ces études inter et pluridisciplinaires.